9 Trucs Faciles pour Améliorer sa Qualité d’Air Intérieur

Nous sommes tous conscients qu’une mauvaise qualité d’air peut nuire gravement à la santé.

Cependant, peu de personnes savent vraiment d’où vient la pollution de l’air. Est-ce principalement des pots d’échappement des voitures ? Ou peut-être que ce sont les odeurs de produits chimiques ?

Aucune de ces propositions n’est fausse. Mais là où la pollution de l’air est la plus grave, c’est à l’intérieur de nos logements.

En effet, la pollution intérieure est nettement plus importante que la pollution extérieure. De plus, nous passons en moyenne plus de 90% de notre temps dans des espaces intérieurs.

Cette pollution intérieure provoque des gênes ou des maladies respiratoires et est aussi à l’origine de maladies diverses, accidents vasculaires cérébraux ou cardiopathies.

Ce grand danger pour la santé publique a été relevé de nombreuses fois par des organisations comme l’OMS, l’ARCAA, le SYFAL ou encore l’ASEF. Toutes ces associations ont d’ailleurs souligné qu’un des côtés les plus dangereux de la pollution intérieure, c’est le fait qu’on ne la voit pas à l’oeil nu.

Comment améliorer sa qualité d’air intérieur

Face aux nombreux risques pour la santé, vouloir améliorer sa qualité d’air intérieur est tout naturel.

Heureusement, il existe plusieurs trucs faciles à mettre en place et qui permettent de limiter un maximum les risques.

1 – Surveiller les appareils de combustion

Les appareils de combustion sont la principale source d’émission de particules fines dans les logements.

Que ce soient les chaudières, taques de cuisson, chauffes-eau, fours ou cuisinières à gaz, tous les appareils qui brûlent quelque chose pour fonctionner ont d’importants risques.

Le chauffage de bois fait l’objet d’une attention toute particulière. En effet, sa combustion émet du benzène et des particules fines ainsi que des particules très fines et des HAP.

La surveillance des appareils de combustion est donc primordiale et passe par trois étapes : l’installation, l’utilisation et l’entretien.

L’installation d’un appareil de combustion doit être faite de préférence par un professionnel qualifié. Il s’assurera que tous les moyens de sécurités sont mis en place et fonctionnels.

Lors de l’utilisation d’un appareil de combustion, il faut vérifier que l’évacuation des fumées s’effectue en dehors de l’immeuble et que le conduit de fumée soit en bon état.

Le nettoyage et le bon entretien de ces types d’appareil est également important. Pour les cuisinière à gaz par exemple, les brûleurs doivent être nettoyés régulièrement de façon à ce que la flamme soit bleue et qu’elle ne noicisse pas le fond des casseroles.

Les chauffages à bois ou à pelet demandent une attention toute particulière. À cause de leurs très sérieux risques pour la santé si ils sont mal entretenus, il faut s’assurer que leur aération soit totalement fonctionnelle. De plus, il faut les nettoyer régulièrement et souvent aérer la pièce dans laquelle ils se trouvent.

2 – Éviter absolument le tabagisme

Les effets extrêmement nocifs de la consomation du tabac sont connus de tout le monde.

Cette consomation peut provoquer des maladies cardiovasculaires, des cancers, des maladies respiratoires, des maladies de la grossesse et de la petite enfance, des maladies digestives, des maladies dentaires et encore d’autres maladies variées.

Le tabagisme passif, le fait d’inhaler involontairement de la fumée dégagée par une cigarette ou un cigare, cause lui aussi des risques pour la santé.

En effet, la fumée de cigarettes contient environ 4000 substances chimiques différentes, dont 60 substances cancérigènes.

D’après l’OMS, le tabagisme passif est responsable de 600 000 décès par an dans le monde, dont 28% d’enfants. Ce tabagisme augmente les risques d’apparition de différentes pathologies, principalement les maladies cardiovasculaires mais aussi certains cancers et infections.

Ces graves risques pour la santé ont d’ailleurs entraîné la création de lois pour interdire de fumer dans les endroits publics intérieurs comme les cafés et les restaurants.

Afin d’améliorer sa qualité d’air intérieur, il ne faut donc absolument jamais fumer à l’intérieur des locaux. Ceci est encore plus important en présence d’enfants ou de femmes enceintes.

3 – Assécher l’air et les surfaces pour éviter les moisissures

Bien que peu de gens le savent, les moisissures peuvent elles aussi être source de pollution de l’air intérieur. Les deux facteurs en cause sont les composés organiques volatiles et les spores que ces moisissures entraînent.

Les composés organiques volatiles rejetés par les moissisures ont un impact direct sur la santé. Certains d’entre-eux sont cancérigènes et d’autres possèdent des toxicités spécifiques.

Les spores des moissisures sont quant à eux parfois allergènes et causent des irritations de la muqueuse, de l’asthme ou encore de l’urticaire.

Afin d’améliorer sa qualité d’air intérieur, il faut donc éviter un maximum le développement de moisissure dans son logement.

Il est par exemple important de ventiler après des activités qui produisent beaucoup d’humidité comme les bains, douches ou les lessives. On conseille également de ne pas faire sécher du linge à l’intérieur d’une pièce sans l’aérer.

Globalement, les moisissures sont faciles à éviter si on aère bien les pièces humides et qu’on n’a pas de fuites ou d’infiltration d’eau dans son logement.

4 – Aérer

Aérer régulièrement son logement est la façon la plus simple et la plus évidente pour améliorer sa qualité d’air.

Bien qu’on ne s’en rende pas forcément compte, la qualité d’air extérieure est quasiment toujours meilleure que celle intérieure, et ce même en ville.

Aérer une pièce permet de faire circuler et de régénérer son air. Ainsi, poussières, allergènes, particules fines, bactéries et les nombreux autres polluants intérieurs sont en partie supprimés de votre air intérieur.

Savez-vous pourquoi on est plus souvent malade en hiver qu’en été ?

Si vous pensez : “À cause du froid !”, vous vous trompez. La véritable raison est toute simple : à cause du manque d’aération.

En hiver, il fait froid. De ce fait, on a moins tendance à aérer les logements et l’air intérieur ne se regénère pas. Ainsi, quand une personne malade éternue dans une pièce, toutes les bactéries ou virus contenus dans cet éternuement vont rester dans l’air.

Ces bactéries ou virus vont ensuite être respirés par les autres personnes présentes dans la pièce, et elles vont à leur tour tomber malades.

En été, on aère nettement plus. De ce fait, si quelqu’un est malade, peu de gens de son entourage tomberont malades à leur tour car l’air est souvent régénéré.

La légende de grand-mère qui dit qu’on tombe malade en hiver à cause du froid n’est donc rien d’autre qu’une légende. Vous pourriez passer des heures sans vêtement dans la neige et en revenir sans le moindre rhume. Vous seriez frigorifié, c’est sûr, mais pas malade.

Afin d’améliorer sa qualité d’air intérieur et d’éviter les maladies, il est donc conseillé d’aérer un maximum toutes les pièces d’un logement.

Aérer chaque pièce 15 minutes tôt le matin et tard le soir est suffisant pour s’assurer un air régénéré. Si vous possédez un système de ventilation mécanique, il faut veiller à son bon entretien et ne pas boucher les ouvertures d’aération.

5 – Bricoler avec vigilance

Les activités liées au bricolage nécessitent souvent l’utilisation de produits chimiques comme de la colle, de la peinture ou encore du revêtement.

Il est donc conseillé de se renseigner à propos des produits qu’on utilise afin de connaître leur toxicité et leur recommandation d’utilisation. Il ne faut par exemple pas utiliser de peinture extérieure pour peindre à l’intérieur.

De plus, les étiquettes de ces produits affichent parfois des consignes comme “ne pas utiliser dans un local fermé” ou “ne pas inhaler les vapeurs”. Ces consignes sont importantes et il faut essayer de les suivre afin d’éviter des dangers pour la santé.

Lorsqu’un travail produit de grandes quantités de poussières ou de déchets, on conseille d’aérer la pièce et de nettoyer directement après. C’est par exemple le cas lorsqu’on monte un meuble ou qu’on scie du bois.

Comme souvent, un des meilleurs conseils à suivre lorsqu’on bricole chez soi et qu’on souhaite conserver une bonne qualité d’air, c’est d’aérer un maximum. Ainsi, toutes les impuretés comme les poussières de bois et les produits chimiques seront évacuées naturellement.

6 – Choisir les bons produits d’entretien

Bien que les produits d’entretien soient très utiles pour nettoyer les pièces d’un logement, moins on est utilise, mieux on se porte.

En effet, un grand nombre de ces produits contiennent des dizaines de composés organiques volatiles. Le fameux formaldéhyde, connu pour ses effets irrirants et cancérigènes, en fait d’ailleurs partie.

Ces produits émettent également des aérosols qui interviennent dans les phénomènes de pollution de l’air et d’allergies. Ces aérosols sont eux aussi classés dans le groupe 1 des cancérigènes pour l’homme par le CIRC.

Il est donc conseillé de se renseigner sur les produits d’entretien qu’on achète et de respecter les consignes d’utilisation comme “ne pas inhaler les vapeurs” ou “ne pas utiliser dans un local fermé”.

L’aération des locaux dans lesquels des produits d’entretien ont été utilisés est évidemment indispensable. Une fois qu’ils ont été utilisés, il faut stocker les produits loins des sources de chaleur dans un endroit ventilé.

Enfin, on conseille d’éviter l’utisation de pesticides, parfums d’ambiance, bougies et encens. Ces produits causent en effet une forte diminution de la qualité de l’air et peuvent être très dangereux pour la santé.

7 – Faire attention aux animaux domestiques

Malheureusement, les animaux domestiques causent eux aussi une diminution de la qualité d’un air intérieur. Cependant, quelques mesures toutes simples permettent d’éviter trop de soucis.

En cas d’allergies, le retrait de l’animal reste le traitement le plus efficace. Si vous souhaitez néanmoins le garder avec vous, il faut le laver fréquemment avec des shampoings adaptés, le brosser à l’extérieur et lui interdire l’accès aux chambres.

De manière plus générale, les animaux domestiques à poils nécessitent de passer l’aspirateur au moins deux fois par semaine pour limiter la présence de poils dans l’air et sur le sol.

8 – Protéger les personnes les plus sensibles

Certaines personnes sont nettement plus sensibles à la pollution de l’air. De ce fait, il est extrêmement important qu’elles soient vigilantes et qu’elles prennent les précautions nécessaires afin d’éviter des problèmes de santé.

Les personnes fort sensibles sont les femmes enceintes, les bébés, les asthmatiques, les personnes âgées, les personnes cardiaques et les insufisants respiratoires.

Il est conseillé pour ces personnes d’éviter un maximum l’utilisation de produits chimiques et de ne pas séjourner dans des pièces qui ont fait l’objet de travaux (peintures, tapisseries, sols, etc).

De plus, on recommande de réduire la présence de pièges à poussière comme les tapis. Comme toujours, il est également important de bien aérer les pièces de son logement afin d’en régénérer naturellement l’air.

9 – S’équiper d’un purificateur d’air

Un dernier truc facile pour améliorer la qualité de son air intérieur est de s’acheter un purificateur d’air.

Les purificateurs d’air deviennent de plus en plus populaire car les gens prennent conscience des risques pour la santé qu’une mauvaise qualité d’air intérieur peut avoir.

Il est surprenant de savoir que les humains passent plus de 90% de leur temps à l’intérieur, mais que la qualité de cet air intérieur est nettement plus basse qu’à l’extérieur. L’OMS a d’ailleurs classé cette pollution intérieure comme problème majeur de santé environnenementale.

En installant un purificateur d’air chez soi, ce qui est désormais extrêmement simple grâce aux modèles récents, on s’assure un bon nombre de protections.

En effet, les bons purificateurs d’air sont capables d’enlever les grosses poussières comme les poils d’animaux ou les cheveux grâce à leur pré-filtre. Ils disposent également d’un filtre HEPA capable de purifier l’air de ses bactéries et virus, réduisant ainsi nettement le risque de maladies.

Le filtre HEPA permet aussi de traiter les particules fines comme celles émanées par la fumée de cigarette, les cuissons, combustions ou encore les sprays des produits d’entretien.

Les personnes allergiques peuvent grandement profiter d’un purificateur d’air. En effet, leur filtre HEPA supprime les allergènes  comme les graminées et les pollens, ce qui rend la période d’allergie beaucoup plus supportable.

Enfin, les purificateurs d’air disposant d’un filtre à charbon actif permettent de supprimer les mauvaises odeurs. Ainsi, vous ne serez plus dérangé par l’odeur de fumée de cigarette, d’animaux de compagnie ou de relents de cuisine.

Si vous souhaitez en apprendre plus, n’hésitez pas à lire notre article sur les différentes utilités à avoir un purificateur d’air chez soi. Vous serez surpris des bienfaits qu’un tel appareil peut apporter.

À propos de l'auteur

Pascal Meurice

26 ans, passionné par le bien-être et la santé, j'aime faire du sport et partager mes découvertes sur internet.

Laisser un commentaire