6 Manières De Lutter Contre La Pollution Intérieure (Et De L’Éviter)

La pollution est un problème inhérent à notre société actuelle, et est présente presque partout, jusqu’au sein de nos foyers. La qualité de l’air en intérieur s’est largement dégradée au cours des années passées, et si l’on ne fait rien pour améliorer cette qualité, notre santé en général peut en pâtir.

Plusieurs mesures sont à prendre afin de vous assurer que l’air que vous respirez dans votre maison est le moins pollué possible.

Comprendre la pollution de l’air intérieur

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la qualité de l’air en extérieur est actuellement plus élevée que celle en intérieur, exception faite des moments où elle atteint des pics importants de pollution, ce qui arrive souvent dans des mégalopoles comme la ville de Baoding en Chine. La raison en est que si l’air en dehors de nos maisons est soumis aux divers polluants comme les gaz d’échappement des voitures, ceux-ci peuvent se dissiper facilement, grâce à la libre circulation du vent.

Ainsi, aux heures nocturnes, pendant lesquelles les activités des usines et la circulation des voitures est fortement diminuée, l’air est bien plus pur. On ne peut pas dire la même chose pour les espaces clos et mal aérés, dans lesquels les divers éléments polluants sont confinés.

On parle de pollution de l’air intérieur quand des micro-éléments potentiellement dangereux pour notre santé sont contenus dans l’air en quantité relativement importante. Il s’agit principalement de particules pouvant provenir des appareils ménagers que nous utilisons.

Cela peut être également des brides des produits chimiques qui servent pour l’entretien de votre maison ou présents dans la peinture des murs, des molécules de poussières ou même des éléments biologiques comme les bactéries et les microbes.

Les maisons ne sont pas les seuls espaces clos soumis à la pollution intérieure ; les moyens de transports que nous utilisons au quotidien sont un autre exemple, ou encore nos lieux de travail. C’est une situation problématique dans la mesure où nous passons la majeure partie de notre temps dans des espaces clos.

Chaque année, des milliers de personnes en France font face à des soucis de santé en raison de la pollution intérieure, et certains succombent même à leurs maladies.

Quelles sont les causes de la pollution intérieure ?

Le manque d’aération est l’une des causes principales de la pollution intérieure. Quand nous nous rendons au travail, nous fermons notre maison, ce qui va de soi. Mais si celle-ci ne dispose pas d’un système convenable d’aération, votre domicile peut devenir un véritable nid à pathologies.

La poussière est considérée comme l’un des polluants majeurs des intérieurs. Elle a tendance à s’accumuler dans les espaces clos qui ne sont pas convenablement aérés.

Elle peut être apportée par l’air extérieur, ou par les occupants de la maison, et se trouvent sur leurs vêtements ou encore sous la semelle de leurs chaussures. Dans ce cas, la poussière est présente sur le sol, et s’envole par la suite sur les meubles environnants.

On peut dire d’une pièce que la concentration en poussière est trop élevée quand on peut apercevoir des grains de poussière en suspension quand la lumière du jour pénètre la pièce.

La poussière en elle-même n’est pas composée d’un élément unique, et on y peut y retrouver des résidus de suie, du pollen, ou encore les particules de matériaux artificiels. Ces dernières sont produites par les diverses activités que vous effectuez au quotidien en utilisant des appareils ménagers.

Des brides des matériaux qui les composent s’en détachent en continu, par exemple suite à un frottement répété, ou une exposition importante à la chaleur. La taille des fibres synthétiques ainsi émises peut grandement varier, et les plus petits débris sont les plus à craindre.

Une humidité ambiante trop importante peut affecter la qualité de l’air dans votre intérieur. En effet, si l’air est trop humide chez vous, il ne manque plus que la chaleur pour faire de votre appartement un environnement parfait pour les bactéries et autres dangers biologiques.

Cela favorise aussi l’apparition des moisissures dans les recoins de votre maison ; quand ces derniers contaminent l’air d’une pièce, les personnes qui respirent cet air s’exposent à de nombreux troubles de santé, dont ceux en relation avec les poumons.

Les éléments qui contribuent à polluer l’air intérieur

Quand on fait l’analyse de l’air de l’intérieur d’une maison, on retrouve certains polluants spécifiques. On peut les classer parmi diverses catégories dans lesquelles elles sont rassemblées suivant leurs caractéristiques ou encore leurs origines.

La poussière et ses composantes

La quantité de poussière que contient l’air n’est généralement pas assez élevée pour causer des troubles de santé. Si des éléments étrangers parviennent à pénétrer notre organisme, notre système immunitaire s’en défait de manière efficace. Les choses sont différentes quand la concentration de poussière atteint des seuils à risque.

Les poils qui tapissent notre cavité nasale sont l’une des défenses de notre organisme, et s’assurent que nous n’aspirons pas des éléments de petite taille et potentiellement dangereux. Le souci est que certaines particules qui composent la poussière sont si petites qu’elles passent sans problèmes ces filtres naturels.

Les objets faits en matière synthétiques sont largement présents dans nos intérieurs. Des particules et des fibres s’en détachent, et peuvent rester longtemps en suspension dans l’air des pièces mal aérées.

Les micro-éléments synthétiques dont la taille ne dépasse pas quelques micromètres peuvent causer d’importantes réactions allergiques quand ils parviennent à s’infiltrer dans nos poumons ou sous notre peau.

Les éléments chimiques

Des éléments appelés COV ou Composés Organiques Volatils sont connus pour contribuer grandement à la pollution intérieure d’une pièce. Ces composés sont présents dans les produits utilisés pour la construction ou la rénovation de maisons, et sont en grande quantité dans les peintures, la colle, ou les produits d’entretien divers.

Les appareils utilitaires qui ne sont pas entretenus convenablement ou qui présentent des pannes ont tendance à émettre du CO, ou monoxyde de carbone. Le danger de ce gaz provient du fait qu’il est quasiment indiscernable, car il n’a ni couleur ni odeur, et pourtant peut causer de nombreux troubles de la santé.

Les produits que vous utilisez pour nettoyer vos appareils ou le sol de votre maison contiennent également des produits chimiques auxquels vous vous exposez. Ceux-ci peuvent entrer dans votre organisme par la voie aérienne, mais également par un contact avec la peau.

Les éléments organiques

Outre les éléments contenus dans la poussière et les éléments chimiques, les micro-éléments de type organiques sont aussi à craindre. Dans les recoins de votre maison, quand il y a une humidité trop importante, des moisissures se forment.

Celles-ci peuvent émettre des champignons et des pollens dans l’air qui peuvent faire de gros dégâts s’ils parviennent à se frayer un chemin jusque dans votre organisme.

Les animaux nuisibles comme les insectes sont aussi des vecteurs de maladies. Ils sont une forme de pollution dans la mesure où ils transportent avec eux des microbes et bactéries pouvant causer des maladies sérieuses. Outre les insectes, les souris et rats sont à éradiquer de votre maison s’il s’en trouve sur place.

Il est possible pour les bactéries et autres éléments organiques dangereux pour la santé de se développer sur les instruments mal nettoyés, comme les ustensiles de cuisine ou autres. Les voies d’aération mal nettoyées sont également des endroits favorables pour la prolifération de ces éléments.

Les impacts de la pollution intérieure sur la santé

La manière dont la pollution intérieure de votre domicile impacte sur vous dépend en partie de votre profil ; on peut entre autres mentionner la présence d’allergies, la corpulence, l’âge, la pratique ou non d’activités physiques, etc. Les données comme la durée d’exposition et la quantité inhalée d’éléments est aussi à prendre en compte.

Les impacts se divisent en deux catégories : ceux sur le court terme et ceux sur le long terme. Une exposition pendant quelques semaines à la pollution intérieure d’un espace clos aura des effets bénins, comme des irritations de la peau ou de la gorge.

En général, ces symptômes disparaissent une fois que vous n’êtes plus exposés aux éléments polluants. Une exposition sur le long terme est plus problématique, même dans les maisons où la pollution n’est pas très importante.

Les effets d’une telle exposition peuvent aussi prendre plusieurs années avant de se manifester. Les organes principalement touchés sont les poumons et organes respiratoires, qui sont exposés à des pathologies comme le cancer.

Dans une certaine mesure, on note une aggravation des cas des personnes présentant des troubles cardio-vasculaires.

Comment lutter contre la pollution intérieure

Une fois qu’on comprend bien quels sont les mécanismes qui contribuent à polluer un intérieur, il est plus facile de savoir quelles actions effectuer pour lutter efficacement contre celle-ci, ou même pour l’éviter. Parmi les mesures à prendre, certaines ont un but curatif, et d’autres un but préventif.

1 – Assurer une bonne aération de votre maison

Si votre maison présente des taux alarmants de pollution intérieure, la première chose à faire et d’en améliorer l’aération. Il y a un geste simple à faire au quotidien qui permet de mieux aérer votre maison : ouvrir vos fenêtres le matin en vous réveillant, et les refermer avant de partir au travail.

Non seulement cela en fait diminuer le niveau de pollution de votre intérieur, mais également, cela empêche les éléments nocifs en suspension dans l’air d’y rester sur une durée prolongée.

Vous devez faire une révision régulière de l’état de votre système d’aération. Plusieurs problèmes peuvent survenir par rapport à celui-ci, dont la présence de débris à l’intérieur des voies de circulation d’air qui finissent par les obstruer partiellement ou complètement.

Pour cette tâche, il vous faut faire l’appel à un professionnel pour qu’il puisse se charger convenablement de votre problème. Il faut faire de même si vos appareils de ventilation nécessitent une révision ou présentent une panne.

Certaines tâches relatives à l’entretien de votre système d’aération sont toutefois assez simples pour que vous puissiez vous en charger vous-mêmes. Parmi ces tâches, on peut mentionner le nettoyage des extrémités des voies d’aération, aux entrées et sorties d’air, ou encore l’entretien des filtres à air ou leur remplacement si besoin est.

2 – Prendre les bonnes mesures vis-à-vis des produits

Certains produits d’entretien qu’on utilise au quotidien contiennent de nombreux éléments chimiques qui peuvent causer des troubles graves de la santé. Pourtant, ces produits sont utiles, car sans eux, nous ne pourrions pas procéder à nos tâches ménagères habituelles, comme le nettoyage de nos sols, notre lessive, etc.

Il est possible d’utiliser ces produits tout en diminuant les risques qu’ils présentent. Rien qu’en respectant les doses indiquées sur les emballages et contenants, vous faites grandement baisser l’impact de ces produits sur votre santé. Ces doses ont été pensées pour une utilisation optimale et sécuritaire des produits par ceux qui les achètent.

Par prudence, évitez de mélanger les produits d’entretien entre eux. Dépendamment des éléments chimiques qui entrent dans leur composition, ces derniers peuvent interagir et avoir des réactions inattendues, et peuvent avoir un effet néfaste sur votre santé.

Il y a aussi l’alternative d’utiliser des produits contenant le moins de polluants possible. Les produits comme l’eau de javel, les cristaux de soude et autres sont bien moins risqués que ce qui se vend en magasin, et présentent un risque minime.

En outre, des labels et étiquettes sont présents sur les produits assurés sains pour un usage au quotidien, comme l’étiquette COV.

3 – Bien nettoyer la maison

Une fois que vous disposez des bons produits, il faut en faire bon usage. Faites en sorte de nettoyer votre sol proprement, et n’oubliez aucun recoin. Prenez la bonne habitude de faire la vaisselle chaque soir, afin d’éviter que des éléments organiques aient le temps de se développer dans votre cuisine à cause de l’humidité ambiante.

Les ustensiles et appareils de cuisson doivent être nettoyés et inspectés après chaque usage. Chaque pièce nécessite une attention particulière, et la cuisine est une des pièces qui en requiert le plus.

Pour un nettoyage efficace, il ne faut pas oublier d’utiliser l’aspirateur, que ce soit sur le sol ou sur les meubles. En effet, il arrive qu’une fine couche à peine visible à l’œil prenne place sur les objets, et les grains de poussière entrent aisément en suspension dans l’air.

Les endroits où on se rend rarement et qui sont généralement mal aérés comme les greniers demandent une attention particulière en termes de dépoussiérage.

4 – Assurer une bonne étanchéité de votre maison

Lorsqu’une maison n’est pas assez étanche, surtout au niveau de la toiture, l’humidité parvient à s’incruster au sein des pièces. Notamment, quand il pleut, l’eau se met à ruisseler le long des plafonds, laissant sur sa trace divers champignons qui, avec le temps, se développent pour devenir de la moisissure.

Rendre une maison étanche est une tâche complexe, car cela nécessite une inspection de l’ensemble des murs et de la toiture, pour identifier la présence de fissures et trous qui demandent à être comblés. Il vous faut faire appel à un spécialiste pour effectuer un audit et évaluer quel est la quantité de travail à faire.

Une fois les fissures détectées, plusieurs techniques peuvent être utilisées pour renforcer l’étanchéité d’une maison. On peut par exemple mentionner la pose de membranes d’étanchéité dans les zones à risques, comme sur les plafonds.

5 – Limiter l’usage des aérosols

Les aérosols sont des particules de petite taille, composées de substances chimiques, qui restent en suspension dans l’air. Ces substances peuvent être de nature solide ou liquide, et on en utilise de nombreuses variétés au sein de notre société actuelle.

Certains aérosols sont connus pour nuire à la santé, aussi il est conseillé de limiter l’utilisation de ceux-ci. Pour rendre l’air plus agréable dans des pièces ou même dans nos voitures, nous avons tendance à utiliser des purificateurs d’air, qui vaporisent un aérosol parfumé avec une concentration plus ou moins importante.

Pourtant, dans une certaine mesure, nous faisons face à différents risques de santé si nous y sommes fréquemment exposés. Ainsi, pour plus de sûreté, il est déconseillé de faire l’utilisation de diffuseur d’huiles essentielles.

Il arrive également que, lorsqu’on ne ferme pas convenablement les contenants des produits chimiques que nous utilisons, ceux-ci s’échappent par voie aérienne, et des gouttelettes de ces substances chimiques circulent en suspension dans l’air. On peut éviter cela en prenant la bonne habitude de bien refermer chaque produit après usage, et les ranger des emplacements dédiés.

La fumée de cigarette est également un aérosol, et est une des causes de la pollution intérieure. Que vous soyez fumeur actif ou passif, les produits toxiques qui se trouvent dans la fumée sont dangereux, et peuvent causer des troubles de santé importants, aussi bien sur le court terme que le long terme.

Lorsque vous fumez, prenez la peine d’aller près d’une fenêtre, de manière à laisser la fumée s’échapper hors de votre maison.

6 – Réviser vos appareils domestiques

Nous sommes actuellement habitués à utiliser de nombreux appareils, comme les réfrigérateurs, ou encore les fours micro-ondes. Nous perdons souvent de vue que ces appareils, qu’on utilise sur une base quotidienne, ont besoin d’inspections et d’entretiens réguliers pour continuer à fonctionner convenablement.

Si vous suivez à la lettre les manuels d’utilisation de ces appareils, vous pouvez les utiliser longtemps sans faire face à des pannes majeures. Néanmoins, il est avisé de solliciter les services d’un technicien pour qu’il évalue l’état dans lequel sont vos appareils électroménagers.

Si dans certains cas, une petite réparation permet de régler les problèmes, il arrive que vous deviez quasiment vous séparer de l’appareil et faire l’acquisition d’un nouveau modèle. Plutôt que de vous défaire d’un appareil encore fonctionnel, ne basez cette décision que sous les conseils d’un expert.

À propos de l'auteur

Pascal Meurice

26 ans, passionné par le bien-être et la santé, j'aime faire du sport et partager mes découvertes sur internet.

Laisser un commentaire