10 Problèmes que La Luminothérapie Peut Soigner

La luminothérapie est une pratique médicale qui consiste en une exposition à une lumière blanche. Cette dernière est censée imiter l’effet de la lumière du jour sur notre organisme.

En effet, plusieurs études ont démontré que les cycles de jour et de nuit affectent directement notre corps et son fonctionnement. Cette méthode gagne en popularité dans le monde de la médecine, et permet entre autres de soigner divers troubles grâce à ses vertus.

La dépression (dans une certaine mesure)

L’effet positif qu’a la lumière sur l’organisme n’est pas encore totalement expliqué, mais nous sommes effectivement plus dynamiques et énergiques au cours des saisons chaudes où les jours sont plus longs.

Dans le pays comme le Canada, près de 9% de la population présentent des signes de dépression quand l’hiver commence.

Parmi les raisons probables, il y a le fait que la luminothérapie influe négativement sur la sécrétion de sérotonine, qui est considérée comme « l’hormone du bonheur », dans la mesure où celle-ci nous permet de mieux nous sentir dans notre peau.

1 – La dépression en général

Les causes de la dépression peuvent être multiples, mais ses symptômes sont généralement similaires : un manque de tonus, de la fatigue, des baisses d’humeur. Le manque de lumière naturelle peut être l’une des causes de la dépression, mais d’autres facteurs entrent généralement en jeu, comme un manque d’activité physique ou d’interactions sociales.

La dépression peut toucher des personnes de tout âge, et les cas sont parfois assez graves. Le traitement de la dépression se fait sur deux niveaux : sur le plan biologique, qui consiste en la prise de médicaments divers supposés réguler votre organisme, et sur le plan psychologique, qui nécessite l’assistance d’un spécialiste de la santé mentale, comme un psychologue ou un psychiatre.

2 – La dépression chez les personnes âgées

Des cas notables de la dépression sont ceux des personnes âgées, qui sont plus fragiles face à cette condition. Les séniors ont des chances plus élevées d’être dans des états dépressifs, dans la mesure où ils n’ont pas toujours l’opportunité d’être actifs physiquement. Ils sont aussi parfois isolés, et n’ont que peu ou pas d’interactions sociales.

La luminothérapie est une manière non agressive de traiter ces cas de dépression. L’exposition à la lumière blanche d’une intensité de près de 10 000 lux est suffisante pour stimuler la production de sérotonine.

Toutefois, la luminothérapie n’est pas assez efficace pour être utilisée en tant que traitement unique, et vous est souvent proposé par votre médecin en tant que complément de traitement.

3 – La dépression post partum chez la femme

Deux événements biologiques sont inhérents à la vie d’une femme : les menstruations et la grossesse. Lorsque ceux-ci ont lieu, des changements notables se déroulent dans leur organisme, et la dépression entre parfois en ligne de champ.

En outre, il arrive qu’une grossesse se termine mal, et peut aboutir sur un décès : soit celui de l’enfant à naître, soit celui de la mère, soit les deux.

Dans le cas d’une fausse couche, ou d’un décès du bébé à la naissance, la femme fait parfois face à ce qu’on appelle le « baby blue », ou aussi la dépression post partum. Il est possible de recourir à la luminothérapie pour rendre cette condition moins pénible, en utilisant la lumière blanche pour stimuler la sécrétion de sérotonine.

4 – La dépression saisonnière

L’une des formes les plus fréquentes de la dépression pendant les saisons froides est la dépression saisonnière. Lorsque l’automne prend fin, les températures ont tendance à baisser, et la durée des journées devient de plus en plus courte à mesure qu’on se rapproche du solstice d’hiver.

L’une des conséquences est que notre corps reçoit une quantité diminuée de lumière, et chez certaines personnes, cela peut conduire à des états dépressifs plus ou moins graves.

Cela peut aller d’un simple coup de mou à une fatigue importante et des baisses d’humeur. Pour identifier les cas de dépression saisonnière, on ne doit pas se baser sur les simples symptômes de dépression.

Pour qu’un cas soit confirmé, il faut que l’état dépressif survienne à la même période de l’année sur au moins deux ans, et qu’il prenne fin avec le printemps. Pour soigner la dépression saisonnière au moyen de la luminothérapie, il faut s’exposer à la lumière de l’appareil sur une durée spécifique au quotidien.

La quantité de lumière obtenue via ce procédé contribue à remplir le manque causé par la baisse de luminosité en hiver. En outre, il n’est pas conseillé de s’exposer plus de deux heures à la l’appareil.

Les troubles du sommeil

Notre cycle de sommeil s’appuie beaucoup sur l’alternance du jour et de la nuit, or celle-ci n’est pas constante tout le long de l’année. Ainsi, quand on se rapproche des solstices, les journées deviennent soit plus courtes, soit plus longues, et c’est le contraire pour les nuits. Il arrive parfois que notre corps n’arrive pas à s’adapter rapidement, ce qui fait qu’on peut avoir des temps de sommeil décalés, ou même qu’on soit confronté à des troubles tels que l’insomnie.

Il est possible de recourir à la luminothérapie dans des cas de troubles du sommeil. La principale action de l’appareil de luminothérapie est de réguler votre horloge biologique, en simulant la lumière du jour à votre organisme.

Il vous est conseillé de vous exposer à la lumière, de manière à ce qu’elle traverse votre peau mais également vos rétines. En passant par vos yeux, cette lumière donne un signal à votre cerveau pour lui indiquer qu’il fait encore jour.

5 – Les décalages du cycle de sommeil

Il y a deux principaux types de décalage du cycle de sommeil : le fait de dormir trop tard, qui concerne généralement les jeunes qui restent à des heures tardives devant leurs écrans, et le fait de dormir trop tôt, ce qui arrive surtout aux personnes d’un certain âge.

Le moment pendant lequel utiliser votre lampe de luminothérapie dépend du trouble de sommeil auquel vous faites face. Le principe consiste à réguler votre cadence de sommeil, et le réajuster en fournissant une quantité suffisante de lumière à votre corps au bon moment.

Ainsi, pour les personnes qui dorment à une heure trop tardive, il est conseillé de faire une séance de tôt dans la journée, et a contrario, faites une séance en début de soirée si vous vous dormez trop tôt.

L’un des cas de troubles de sommeil auquel les voyageurs font souvent face est le décalage horaire. Ce dernier survient quand vous vous déplacez vers un fuseau horaire éloigné du vôtre, quand votre corps est encore habitué au cycle jour-nuit de votre emplacement habituel.

S’il se résout généralement de lui-même en quelques jours, il arrive que ce ne soit pas le cas pour certaines personnes. Quand cela se produit, les appareils de luminothérapie peuvent être d’une aide certaine, et sont utilisés pour réguler progressivement l’horloge interne des personnes concernées.

6 – Les réveils difficiles

L’une des conséquences du raccourcissement des journées quand l’hiver se rapproche est la difficulté à se lever le matin. La cause principale en est le manque de lumière ; le soleil se lève à une heure plus tardive, ce qui a un impact sur notre horloge interne.

En outre, les personnes qui dorment dans des pièces qui ne sont pas éclairées par la lumière naturelle en matinée, et qui sont ainsi dans une obscurité relative, font face à ce problème tout le long de l’année.

Le réveil de luminothérapie est un modèle de réveil qui vous permet de vous réveiller en utilisant une lumière douce dont l’intensité augmente à mesure qu’on se rapproche de l’heure souhaitée d’éveil. C’est une manière beaucoup moins agressive pour nous tirer du lit que le réveil-main, car c’est un processus naturel qui est ici utilisé.

Plutôt que de nous appuyer sur notre seule volonté, nous aidons notre corps à prendre conscience que c’est le matin. Le processus biologique de réveil s’active ainsi de lui-même, et la sécrétion de la mélatonine, l’hormone du sommeil, est naturellement régulé.

La luminothérapie contre les problèmes de peau

Le spectre de lumière utilisé en luminothérapie s’assure de n’utiliser que les rayons lumineux qui sont visibles l’œil nu. Ainsi, les rayons nocifs comme les infrarouges, qui peuvent abîmer la peau, n’entrent pas dans la composition de cette lumière, ce qui fait qu’elle n’est pas dangereuse pour votre épiderme, et permet même de soigner la peau.

Dans le traitement des maladies de la peau au moyen de la luminothérapie, deux types de rayons lumineux jouent un rôle d’importance : la lumière rouge et la lumière bleue. La première a pour effet de dilater les vaisseaux sanguins, ce qui contribue à améliorer la circulation du sang dans l’organisme.

Elle est également reconnue pour avoir un effet réparateur sur la peau.Quant à la seconde, elle possède un effet antibactérien, et cela permet de se défaire des bactéries présentes sur la peau et qui sont par exemple responsables de l’acné.

7 – Différents problèmes de la peau

L’eczéma et l’urticaire sont connus pour être parmi les problèmes de la peau qui peuvent être traités au moyen de la luminothérapie. On peut également évoquer les cas d’acné, uniquement pour les cas légers ou de gravité moyenne. Cependant, la luminothérapie ne prétend pas pouvoir traiter l’acné quand celle-ci est vraiment importante.

L’utilisation de la luminothérapie pour traiter les maladies de la peau s’accompagne généralement de l’utilisation d’un gel photosensible, dont le but est d’optimiser l’action de la lumière sur la peau, et augmenter ainsi l’efficacité du traitement.

L’usage de ce gel rend plus facile à la lumière bleue de pénétrer la peau et d’attaquer les diverses bactéries présentes. La durée optimale d’utilisation de la lumière blanche dans le but de traiter la peau ne doit pas dépasser 15 minutes par séance.

8 – Les syndromes prémenstruels

Les menstruations sont un événement biologique qui a lieu chez la femme, et qui est de nature cyclique. Celui-ci a lieu quand il n’y a pas eu fécondation, et se caractérise par plusieurs symptômes, comme l’écoulement de sang provenant des parties intimes. Les règles peuvent également s’accompagner de fatigue, d’un changement de l’humeur, de maux de tête, de fièvre et autres.

Ceux-ci surviennent selon un cycle biologique précis, et plusieurs facteurs peuvent contribuer à perturber ce cycle. Lorsque cela survient, on note des changements dans les durées des cycles en général, et également dans l’intensité des symptômes. Dans une certaine mesure, un traitement de luminothérapie contribue à réguler ce cycle, et à atténuer l’impact des symptômes qui accompagnent les règles.

9 – La fatigue dans certaines pathologies

Il existe des conditions de santé qui font que la personne concernée se retrouve dans un état de fatigue plus ou moins important. Le recours à un traitement de luminothérapie peut contribuer à aider ces personnes à mieux faire face à cela.

Cela s’explique par le fait que la lumière contribue à améliorer la qualité de votre sommeil. Lorsque vous dormez profondément, le corps récupère plus facilement, et les états de fatigue sont moins importants.

Ainsi, lorsque vous habituez votre corps à dormir à une heure précise tous les jours au moyen de la luminothérapie, la sécrétion de mélatonine est réglée de manière à ce qu’elle soit optimale à ce moment-là.

Parmi les troubles concernés, on peut mentionner la sclérose en plaques, des conditions touchant principalement les personnes âgées comme la maladie de Parkinson ou encore d’Alzheimer, les cas de démence sénile ou d’autres.

10 – Les troubles du comportement alimentaire (boulimie, anorexie, etc.)

La luminothérapie ne permet non pas de  guérir la boulimie et l’anorexie, mais les personnes touchées par ces conditions peuvent gagner à y avoir recours, dans la mesure où une exposition à la lumière blanche permet de diminuer l’envie de consommer des aliments sucrées par les personnes.

Également, un état dépressif est presque toujours indissociable à cette condition, et la luminothérapie peut être d’une grande aide sur ce plan. Un traitement par lumière ne peut donc pas être utilisé comme traitement exclusif de ces conditions qui nécessitent un suivi psychologique, mais fait un excellent complément de traitement qui vous aidera plus rapidement à sortir de votre condition.

À propos de l'auteur

Pascal Meurice

26 ans, passionné par le bien-être et la santé, j'aime faire du sport et partager mes découvertes sur internet.

Laisser un commentaire