Quand Commencer, Pratiquer et Arrêter la Luminothérapie ?

La luminothérapie est un type de traitement qui consiste en une exposition à la lumière blanche, et qui permet de traiter des conditions de santé comme la dépression. Il est possible d’y recourir à titre préventif, mais généralement, les gens font l’achat d’une lampe de luminothérapie lorsque leur médecin leur en fait la prescription.

Quand commencer la luminothérapie ?

Vos besoins en termes de luminothérapie dépendent de la condition qu’il vous faut traiter, et généralement, il s’agit de troubles en relation avec notre horloge biologique. Le corps humain fonctionne suivant un cycle dit « circadien », qui se base sur l’alternance du jour et de la nuit, et qui influe essentiellement sur notre temps de sommeil.

Pour mieux dormir

Selon les effets désirés, il faut recourir à la luminothérapie de manières différentes, et il est important de savoir quand commencer un traitement, de quelle façon il doit se dérouler, et quand mettre fin à celui-ci.

Lorsqu’on dort trop tôt ou trop tard

Notre organisme ne fonctionne pas de la même manière, suivant les conditions de luminosité, et par exemple, la mélatonine, l’hormone qui active le sommeil, est naturellement sécrétée par l’épiphyse lorsqu’il commence à faire sombre. Il arrive que notre cycle circadien soit perturbé, et que nous ayons des décalages de notre temps de sommeil.

Ainsi, nous nous mettons à dormir soit trop tôt, ce qui est généralement pour certains adultes qui ont plus de 35 ans, ou plus tard, comme beaucoup de jeunes d’une moyenne d’âge de 25 ans actuellement.

Pour ces derniers, l’exposition trop importante et trop tardive aux écrans comme celui du smartphone ou de l’ordinateur sont à mettre en cause, quand l’idéal est de s’éloigner de toute source forte de lumière une heure avant de s’endormir.

Différents troubles du sommeil

L’insomnie ou un sommeil de mauvaise qualité sont également des raisons de commencer la luminothérapie. Les causes de ces conditions sont généralement un trouble de l’épiphyse, qui ne sécrète pas la mélatonine de manière convenable, ou en trop faible quantité.

Recourir à la luminothérapie est une manière de réguler cette glande en la stimulant quotidiennement. En outre, la lumière naturelle du jour affecte indirectement la sécrétion de mélatonine, en cela que l’activité de l’épiphyse est limitée pendant le jour, et plus importante quand il fait sombre.

Le décalage horaire est également un des troubles du sommeil qu’il est possible de corriger en recourant à la luminothérapie. On souffre de décalage horaire quand notre horloge biologique est confrontée à un fuseau horaire différent du nôtre, et cela peut être difficile à vivre dans le cas où le décalage est vraiment important.

Traiter la dépression

La luminothérapie possède également un impact sur la sécrétion d’une autre hormone : la sérotonine, aussi connue comme l’hormone du bonheur. Des observations ont démontré que nous sécrétons moins de sérotonine quand il fait plus sombre et/ou plus froid. Cela explique en partie des phénomènes comme la dépression saisonnière, qui est plus accentuée dans des pays froids comme le Canada.

La luminothérapie et la dépression

Il arrive que les médecins conseillent le recours à la luminothérapie en tant que complément pour traiter la dépression.

Utiliser la lumière blanche comme unique traitement n’est cependant pas assez efficace pour avoir de bons résultats, et cela s’accompagne généralement de médications diverses, ou d’autres types de traitements. Une exposition à la lumière blanche permet à votre glande pinéale de mieux sécréter de la sérotonine.

La dépression saisonnière est une des formes de la dépression pour laquelle la luminothérapie convient le mieux ; celle-ci survient quand les journées se raccourcissent au profit de nuits plus longues. La quantité de la lumière naturelle que notre corps reçoit est alors grandement diminuée, ce qui impacte sur la sécrétion naturelle de sérotonine.

Outre une prescription médicale, vous pourrez également faire l’acquisition d’une lampe de luminothérapie pour un traitement préventif. À moins de faire un usage excessif de la lumière blanche, vous ne risquez pas grand-chose si vous ne pas dépassez les temps d’exposition prescrits.

La luminothérapie contre certaines formes de dépression chez la femme

La dépression n’est pas toujours une maladie en elle-même, et parfois, elle peut être un symptôme d’une condition spécifique. Chez la femme, plusieurs événements biologiques favorisent leur vulnérabilité face à la dépression ; l’un de ces événements est le cycle des menstruations, qui survient de manière cyclique sur une durée moyenne de 28 jours.

La manière dont les organismes réagissent peut grandement varier d’une femme à une autre, et la dépression peut en être une des résultantes. Entre autres, la dépression post-partum est l’un des cas de figure où la femme est rendue vulnérable face aux états dépressifs.

Ce terme est utilisé pour parler du décès d’un enfant à sa naissance, ou alors dans le cas d’une fausse couche. Un recours à la lumière blanche peut contribuer à booster la production de sérotonine, et permet de mieux traiter cet état.

Traiter les problèmes de peau

Il est connu que la lumière naturelle peut avoir un impact négatif sur la peau en cas d’une exposition trop intense et excessive, en raison des rayons UV et autres composantes nocives de la lumière solaire. La lumière blanche utilisée par la luminothérapie a un effet tout à fait différent sur la peau, et contribue même à en améliorer la santé en général.

Cela s’explique par le fait qu’elle utilise exclusivement les rayons lumineux visibles à l’œil nu pour la composition de la lumière, ce qui en diminue grandement la nocivité. Le traitement de la peau par luminothérapie se fait généralement sous prescription, car ce ne sont pas tous les problèmes de peau qui peuvent être traités via cette méthode.

Par exemple, si vous avez un problème virulent d’acné, un traitement par luminothérapie peut aggraver l’état de votre épiderme. Pour les problèmes dermatologiques qui ne sont pas trop sérieux, il permet d’accélérer la guérison, grâce aux lumières bleue et rouge qui entrent dans sa composition.

Pratiquer la luminothérapie

Selon la condition à traiter, la luminothérapie doit se pratiquer de manières spécifiques. Il faut ainsi s’exposer à la lumière de la lampe à des moments spécifiques de la journée, et pendant des durées précises si on veut bénéficier des bienfaits voulus.

Contre la dépression

Dans le cas de la dépression saisonnière, La luminothérapie est utilisée pour combler le manque de luminosité naturelle qui a lieu pendant les saisons froides. Pour des résultats efficaces, il faut que la personne concernée s’expose à la lumière de la lampe en début de journée, au réveil.

Une séance faite une heure avant le moment de se coucher est parfois conseillée, uniquement de temps en temps. Chaque session ne doit pas dépasser plus de 2 heures.

Le traitement de la dépression normale suit le même schéma, sauf qu’il n’est pas requis que les sessions se fassent au réveil. Il est conseillé de faire vos sessions de luminothérapie en journée, car si vous le faites en soirée, cela risque d’avoir pour effet de dérégler votre horloge interne et la qualité de votre sommeil.

Il est important de placer votre lampe de luminothérapie à une distance assez proche de vous, pour qu’elle puisse bien atteindre votre peau, mais également vos yeux. En effet, votre rétine absorbe cette lumière et envoie des signaux à votre cerveau, et active la sécrétion de sérotonine.

Une exposition fréquente à cette lumière vous permet de progressivement améliorer votre état. Pour un résultat encore plus efficace contre la dépression saisonnière, il vous est conseillé de pratiquer différentes activités physiques en complément, comme la marche.

Contre les troubles du sommeil

La luminothérapie permet d’aider notre corps à recouvrer un cycle de sommeil régulier. Suivant que la personne dort trop tôt ou trop tard, il faut procéder d’une manière spécifique :

– Si c’est un cas de sommeil trop précoce, l’idéal est de faire une séance de luminothérapie lorsque le soleil se couche. Cela fera penser à votre organisme que la journée dure plus longtemps, et contribuera à progressivement retarder votre heure de sommeil chaque jour.

– Si c’est un cas de sommeil trop tardif, il est suggéré de faire des sessions de luminothérapie matinales. Notre corps se met ainsi à croire que le jour arrive plus tôt, et régule peu à peu l’heure où on a sommeil de manière à s’accorder avec l’exposition matinale de lumière blanche.

Le même principe est utilisé pour les décalages horaires ; selon qu’il faille avancer ou retarder l’heure à laquelle on dort, on recourt à une séance en début de journée ou en début de soirée.

Si vous désirez utiliser la luminothérapie pour améliorer la qualité de votre sommeil, une exposition quotidienne à la lumière de la lampe pendant une durée d’environ une heure en début de journée est connue pour avoir un impact positif sur celle-ci.

Contre les problèmes de peau

Pour un traitement de certains problèmes de peau via la luminothérapie, il est essentiel de d’abord passer par un dermatologue, car il arrive qu’un traitement à la lumière blanche ne fasse qu’empirer les choses. En outre, il ne faut pas oublier que c’est technologie relativement récente, dont on ne comprend pas encore l’ensemble des fonctionnements.

Un spécialiste de la peau pourra indiquer si votre épiderme réagit convenablement au traitement. La luminothérapie est généralement utilisée pour traiter les cas dermatologiques bénins ou moyens, et est fortement déconseillée pour les cas graves comme une importante acné.

L’exposition à la lumière blanche pour traiter des problèmes de peau ne doit pas dépasser 15 minutes par séance. Aussi, il faut appliquer un gel spécial après chaque séance, afin de maximiser l’efficacité du traitement, entre autres la capacité de pénétration de la lumière bleue, qui a un effet antibactérien.

Quand arrêter la luminothérapie ?

La durée du traitement doit être en fonction des résultats obtenus. Une fois que vous atteignez les objectifs que vous vous êtes fixé, vous pourrez diminuer progressivement votre exposition quotidienne à la lumière blanche jusqu’à l’arrêter complètement.

Dans le cas des problèmes de sommeil, une fois que vous dormez et que vous vous levez quotidiennement à une heure raisonnable tous les jours, il n’est plus nécessaire de recourir au traitement. Pour ce qui est des dépressions saisonnières, il est parfois utile de faire un traitement jusqu’à l’arrivée du printemps.

En dehors des divers traitements, la luminothérapie peut être utilisée pour des raisons préventives. Si votre peau n’a pas mal réagi au traitement après plusieurs expositions à l’appareil, vous pouvez continuer à utiliser votre lampe sans risque pour votre santé, et continuer à profiter de ses avantages.

Il faut également noter que la luminothérapie est encore une technique dont tous les aspects ne sont pas maîtrisés. Dans le cas où votre peau présente des réactions allergiques, il vous est conseillé d’arrêter immédiatement le traitement et d’aller en parler à votre dermatologue ou au médecin qui vous en a fait la prescription.

À propos de l'auteur

Pascal Meurice

26 ans, passionné par le bien-être et la santé, j'aime faire du sport et partager mes découvertes sur internet.

Laisser un commentaire